Emprise, quand tu nous tiens


Les histoires, les témoignages, les affaires criminelles, les tragédies souvent qui font état d'un phénomène d'emprise des victimes se multiplient dans la sphère publique depuis plusieurs années, autour notamment de la figure du pervers narcissique. L'emprise, être pris par l'autre, sous son influence, relégué ainsi au rôle et au statut d'objet, est un processus, une mécanique, qui se met en place petit à petit, en toute discrétion, à l'insu de tous, des victimes comme parfois de leur entourage. Emprise, quand tu nous tiens...

Je partage ici deux ressources pour apporter un éclairage à celles et ceux qui souhaitent comprendre comment le processus d'emprise sur l'autre se met en place, s'élabore : l'explication théorique d'abord avec l'apport de Cynthia Fleury ; l'illustration pratique ensuite avec l'histoire de ceux que l'on appelés "les reclus de Montflanquin".


La philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury, dans sa chronique philo dans l'Humanité, parle de "Systèmes d'emprise", et explique précisément de quoi il s'agit, comment cette mécanique subtile opère et comment certaines personnes s'y retrouvent prises, coincées, enfermées.


Ce long chemin, la famille de Vesdrines en témoigne aujourd'hui, après dix années de leur vie recluse dans leur château familial de Martel, situé à Montflanquin, dans le Lot et Garonne. Tout commence en septembre 1997 : Ghislaine de Védrines, directrice d’une école de secrétariat à Paris, fait la connaissance de Thierry Tilly, le responsable de la société chargée du nettoyage de l’établissement. Serviable, ingénieux, prévenant, il gagne aisément la confiance de Ghislaine jusqu'à s'accaparer toute la fortune de la famille.


2 épisodes de l'émission Une Histoire Particulière de France Culture retracent cette histoire, et notamment le mode opératoire de Thierry Tilly :